La transmission des données

  1. Les types de liaisons de transmission
  2. les modes de transmission
  3. les types de transmission
  4. la transmission dans un environnement bruité ou non bruité

1. Les types de liaisons de transmission

En suivant le sens des échanges d’information, on distingue 3 sortes de liaisons :

a. La liaison simplex :

On parle d’une liaison simplex si les données circulent dans un seul sens, de l’émetteur vers le récepteur.

b. La liaison half-duplex :

On parle d’une liaison half-duplex si les données circulent d’un sens ou d’un autre mais pas en même temps.

c. La liaison full-duplex :

On parle d’une liaison full-duplex si les données circulent dans les deux sens et simultanément.

2. Les modes de transmission

Pour transmettre les données dans un réseau local, on distingue deux modes de transmission.

a. La transmission en bande de base

Dans une transmission en bande de base, le signal ne subit pas des transpostions en fréquence. Ce mode de transmission consiste à transmettre les signaux directement sur le canal de transmission après codage.

b. La transmission large bande

La transmission large bande utilise essentiellement la modulation de fréquence. Avec ce mode de transmission, les messages ne peuvent pas circuler simultanément sur le support de transmission sans entrer en collision et se perturber. C’est pour cela d’ailleurs qu’il faut déterminer le protocole d’accès aux réseaux comme par exemple la contention ou le jeton.

3. Les types de transmission

Etant donné les problèmes qu’on trouve sur les liaisons parallèles, la liaison série reste la liaison la plus utilisée. Cependant puisqu’on doit acheminer les données sur un seul fil, des problèmes de synchronisation peuvent exister entre l’émetteur et le récepteur. Et pour résoudre ces problèmes, deux types de transmission ont été proposés :

a. La transmission synchrone ou isochrone :

Dans la transmission synchrone, le récepteur reçoit les informations de façon continue en suivant le rythme d’envoie de l’émetteur. Si aucun bit n’est transmis, le récepteur continuera de recevoir des séquences synchrones à cause du générateur de rythme.
Toujours dans une transmission synchrone, le temps qui sépare deux instants significatifs ou deux transitions quelconques est un multiple entier de même intervalle de temps T. T est appelé intervalle élémentaire.
Le signal d’horloge ou signal de rythme est un signal alterné de période T et de fréquence F=1/T.

b. La transmission asynchrone :

A la différence de la transmission synchrone, dans la transmission asynchrone, chaque caractère est précédé d’information indiquant le début de la transmission (bit start) et terminé par l’envoie d’une information indiquant la fin de la transmission (bit stop).
Bref, la transmission asynchrone est une succession de transmissions synchrones séparées par des intervalles de temps irréguliers (temps de silence).

4. la transmission dans un environnement bruité ou non bruité

Un signal passant dans un filtre passe bas de bande passante H, peut être reconstruit en faisant exactement 2H échantillons par seconde.
Dans un environnement sans bruits, si le signal a V niveau discret, alors :
Dmax= 2Hlog2 V (bits/s)
Dans un environnement bruité, la capacité d’une voie est la quantité d’information (en bits) pouvant être sur la voie en 1 seconde.
C= Wlog2 (1+ S/N)
C : capacité (en bps)
W : largeur de bande (Hz)
S/N : représente le rapport signal sur bruit de la voie.




Une question? Cliquez ici pour la poser.

Retour sur le portail des réseaux informatiques